Ce site encore en construction
Modules disponibles: Nos Services/les Bulletins / Les documents / le catalogue et Nous Contacter

Pourquoi un observatoire des filières agricoles au Burundi ?

Dans un pays où la population vit essentiellement de l’Agriculture à plus de 90%, les filières agricoles et agro-industrielles constituent un vecteur important de la croissance économique dans le secteur rural. Le constat est que l’information agro-économique sur les filières est très dispersée et souvent difficilement accessible, il existe une forte asymétrie entre les différents groupes d’acteurs quant à l’accès à l’information sur les filières, l’information n’est pas actualisée, elle se présente souvent à l’état brut faute de travaux d’analyse. En réponse aux problèmes du déficit de l’information sur les filières auquel l’Etat, les acteurs économiques et les bailleurs de fonds sont confrontés dans le contexte du désengagement des filières, l’Observatoire des Filières agricoles constitue l’outil le plus performant pour :

Un observatoire des filières agricoles doit être un lieu où est disponible toute l’information concernant les produits agricoles, à quelque niveau que ce soit, au-delà du contexte national. Il doit également être le lieu d’échanges à partir duquel tous les acteurs (privés, institutionnels) peuvent comprendre les enjeux des filières et élaborer des stratégies de développement d’une filière, dans l’intérêt de tous. L’Observatoire des Filières agricoles du Burundi, OFB en sigle, veut être ce lieu pour informer équitablement tous les acteurs des filières agricoles du Burundi et faciliter le dialogue entre les acteurs des maillons des filières les plus importantes pour l’économie et la sécurité alimentaire du pays.

Historique de l’OFB

Le projet Observatoire des Filières agricoles du Burundi a été conçu en 2004 pour répondre aux problèmes de déficit de l’information relative aux filières agricoles déjà structurées et celles qui le seront plus tard. Il a débuté en avril 2004 grâce à un financement STABEX de l’Union européenne pour une première phase au cours de laquelle le projet s’est installé et s’est équipé en mobilier et en matériel informatique et bureautique. La deuxième phase du projet a été financée depuis juin 2006 par la Coopération française au moyen d’un fonds de contrepartie d’une aide alimentaire octroyée au Burundi en 2000.

Principes et philosophie de fonctionnement de l’OFB



Comme pour tout observatoire, la neutralité, l’impartialité, l’objectivité et l’indépendance d’opinion sont des principes sacrés à l’OFB. Celui-ci a l’ambition de garantir la fiabilité des informations diffusées, de préserver la confidentialité des données, de respecter les acteurs dans la diffusion de l’information.

En plus de sa mission de mettre à la disposition du public une information fiable et actualisée, l’OFB offre un espace de concertation et d’échanges sur des sujets d’intérêt pour les acteurs des filières au niveau de tous les maillons des filières agricoles.

Missions, objectifs de l’OFB

L’OFB a pour missions de rendre accessible pour tout le monde l’information sur les filières agricoles du Burundi et de faciliter le dialogue entre les différents acteurs des filières.

En quelque sorte, il contribue à la démocratisation de l’information en livrant équitablement au public une information actualisée et fiable en rapport avec le développement et la structuration des filières agricoles existant au Burundi. L’information livrée peut permettre aux acteurs d’affiner leur stratégie d’adaptation aux changements du marché aux niveaux national et international ainsi qu’aux réformes entreprises dans le cadre de la libéralisation de l’économie et de la privatisation des filières agricoles dans lesquelles l’Etat intervient.

Les bénéficiaires des activités de l’OFB

Les informations disponibles à l’OFB sont diffusées en direction de plusieurs catégories de bénéficiaires. La première catégorie regroupe les acteurs des filières à tous les niveaux : producteurs, transformateurs, commerçants, transporteurs, consommateurs ; financiers ; décideurs politiques,etc.
La deuxième catégorie englobe les partenaires au développement : bailleurs de fonds, ONG, projets, etc. L’État du Burundi bénéficie également des informations de l’OFB à travers les bulletins d’information diffusés auprès des ministères et des institutions publiques telles que le Parlement et le Sénat.

0rganisation de l’OFB

L’OFB est actuellement constituée d’une cellule de petite taille composée des services suivants : une coordination, un service technique et un service administratif et financier. La coordination des activités est assurée depuis juin 2006 par Mr Patrice NTAHOMPAGAZE, Ingénieur agronome.

La cellule a bénéficié d’un appui périodique d’un assistant technique expatrié. Au niveau institutionnel, l’OFB est sous la tutelle administrative du cabinet du Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

Un Comité de pilotage valide les orientations stratégiques et les devis-programmes de l’OFB et veille à la bonne utilisation des fonds du projet. Il est composé de représentants du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, des familles professionnelles et de bailleurs de fonds.

Partenaires de l’OFB

La liste des partenaires de l’OFB est longue. Elle est constituée d’institutions publiques nationales, des organisations internationales intervenant dans le secteur agricole, des ONG nationales et internationales, des institutions bancaires, des instituts de recherche agronomique, des sociétés privées ou mixtes impliquées dans la vie des filières agricoles, etc.

A titre illustratif, parmi ces partenaires de l’OFB figurent le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, le Ministère du Commerce, le Ministère en charge des Finances, l’Office des Café du Burundi (OCIBU), les Sociétés de gestion des stations de lavage du café (SOGESTAL), la Société de déparchage et de conditionnement du café (SODECO), l’Association Burundaise des Exportateurs de Café (ABEC), l’Office du thé du Burundi (OTB), la Chambre de Commerce et d’Industrie ( CCIB ), l’Ambassade de France au Burundi, la FAO, l’USAID, la Banque Mondiale, la Coopération Technique Belge, la Délégation de la Commission Européenne à Bujumbura, l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU), la Confédération Nationale des Associations de caféiculteurs(CNAC), la Banque de la République du Burundi(BRB) , l’INADES Formation Burundi, etc.

L’OFB est membre à part entière de l’Eastern African Fine Coffees Association (EAFCA).

Activités principales de l’OFB

Les activités de l’OFB peuvent être regroupées en trois catégories : l’information sur les filières agricoles, les études de filières et la facilitation des échanges et du dialogue entre les acteurs des filières.

Les activités de la première catégorie sont notamment :

  1. La Collecte de l’information agricole, son traitement et sa diffusion par tous les moyens appropriés sous une forme simple et compréhensible pour les différentes catégories de bénéficiaires. Un bulletin mensuel sert actuellement de véhicule le plus utilisé pour la diffusion de l’actualité nationale et internationale relative aux filières agricoles existant au Burundi. Il est diffusé en français sous format papier en quatre pages et par voie électronique en format PDF. Les numéros déjà publiés peuvent être téléchargés à partir du site web de l’OFB à l’adresse suivante : www.ofburundi.org Une base de données très riche sur les filières thé, café et banane est également disponible. Le nombre de filières étudiées augmentera au fur et à mesure que l’OFB en aura les moyens.

  2. La mise à disposition gratuite du public de la documentation sur les filières agricoles à travers un centre de documentation qui est fonctionnel et visité régulièrement (plus de 3000 ouvrages disponibles). Le catalogue des publications disponibles est téléchargeable à partir du site web de l’OFB. Les activités relatives à la deuxième catégorie sont actuellement : une étude de la filière banane du Burundi et une étude de la rentabilité des caféiers. Elles pourront également être diffusés sur le site web de l’OFB.

Quant aux activités relatives à la troisième catégorie, il s’agit notamment de l’organisation d’ateliers d’échange et de concertation que l’OFB organise de temps en temps sur des thèmes d’actualité dans la vie des principales filières agricoles. Ces ateliers constituent un cadre privilégié pour la réflexion et l’échange entre les acteurs des filières sur des questions d’intérêt commun.

babanier









© 2008 - OFB Burundi - Tous droits réservés